Skip to main content

Communiqué de presse

Dans le cadre d’un projet FASEP, Watura développe une plateforme de formation dans les métiers de l’eau, dédiée au marché latino-américain. En partenariat avec Saguapac, coopérative de services publics basée en Bolivie, le projet prévoit la création d’un catalogue de 35 formations digitales, soit plus de 70h de contenus pédagogiques. 

L’objectif est de diffuser les expertises et innovations françaises grâce à un Club de suivi rassemblant dix entreprises du secteur.

- - -

En Amérique latine, l’accès à l’eau est un enjeu majeur. Fortement touchée par les changements climatiques, la Bolivie est particulièrement sensible à cette problématique. Ainsi, les “guerres de l’eau” à Cochabamba (2000), El Alto (2005) ou encore la crise d’approvisionnement à La Paz (2016) ont donné lieu à d’importants mouvements sociaux. L’un des principaux enjeux identifiés est notamment le renforcement de la gouvernance et des capacités opérationnelles des opérateurs d’eau. 

Ainsi, Watura a noué un partenariat avec SAGUAPAC, coopérative desservant la région de Santa Cruz de la Sierra, pour développer une solution de formation digitale dédiée aux secteurs de l’eau et de l’assainissement. Forte de 600 salariés, SAGUAPAC est reconnue comme l’un des exploitants les plus efficients du continent. 

Le projet prévoit le développement d’une version en espagnol de la plateforme de formation digitale Watura. 35 formations seront adaptées pour répondre aux besoins des acteurs locaux. Au-delà d’une plateforme de formation à distance, il s’agit de fournir un outil d’évaluation des compétences à l’échelle internationale, basé sur un référentiel de compétences français. En s’alliant avec un acteur local reconnu, cet outil bénéficiera également d’une légitimité auprès des autres opérateurs du marché latino-américain. 

Cette solution de formation s’appuie aussi bien sur les savoir-faire locaux et que sur l’expertise française en matière de gestion des services d’eau et d’assainissement. À ce titre, de grandes entreprises françaises implantées à l’international ont fait part de leur intérêt pour le projet et ses retombées économiques : Altereo, Bluspark, BRL Ingénierie, Diehl Metering, Dosatron, France Water Team, Sainte-Lizaigne, Eaux de Marseille, Pont-à-Mousson, Suez – UCD®, WMI (groupe Vinci). Elles sont impliquées dans le projet à travers son Club de suivi.

Le projet bénéficie d’un financement au titre du FASEP (Fonds d’études et d’aides au secteur privé) proposé par la DG Trésor. Une première version de la solution et de ses contenus sera disponible à partir de septembre 2021.